Gif Atelier


L'atelier d'écriture de Gardanne se déroule au siège de l'AAI, 35 Rue Borely, 13120 Gardanne
chaque vendredi de 14h à 16h.
Pour contacter l'AAI utiliser l'adresse e-mail : aai.esj@wanadoo.fr ) ou téléphoner au 0442515299

L'atelier d'écriture de la Méjanes d'Aix se déroule chaque jeudi de 10h à 12h à la Mareschale, 27 avenue de Tübingen 13090 Aix-en-Provence (TEL : 04.42.59.19.71 - e-mail Ecrits.Alaai@gmail.com ) et aussi le premier lundi du mois (même heure, même lieu).

L'animation ci -dessous représente l'aspect avant tout ludique de cet atelier gratuit ouvert à tous. Du rire et de la légèreté...

dimanche 12 janvier 2014

Verdun il y a un alphabet

Dernier atelier de 2013

Apollinaire par Vlaminck 1903


1915, Verdun

Frérot

Si on t'envoie au front, déserte, je t'en conjure. Pour l'instant, nous sommes 14 dans mon groupe et devons passer d'une tranchée à l'autre donc à découvert . Boum ! plus que 13.
J'ai la trouille comme tout le monde . Tient, je vois une cervelle qui n'est plus dans sa boite, si ça pouvait être celle du capitaine, ça nous ferait des vacances . Quel dégonflé celui-la, toujours à hurler des ordres que personne ne suit . Il n'a pas encore compris que notre seul objectif est de rester vivant et si possible entier.
Question anatomie, maintenant je suis au top . Je sais à quoi ressemblent les os de tout le corps,je ne savait pas qu'il y en avait autant, les ligaments, les muscles, le cœur, les poumons, les reins, le foie, la rate, les intestins, l'estomac vide ou plein, un œil vu de derrière, l'intérieur d'une oreille... Je cours. Boum ! 12.
Oups,je glisse dans la boue, a non, c'était du sang.
Quelle région pourrie, il pleut tout le temps, forcément ça ne pousse pas aux réjouissances.
Qu'est ce que je raconte, je deviens fou, c'est normal vu la situation, si je perdais complètement la tête, au moins, je n'aurai plus peur.
C'est trop horrible, je me montre, adieu à tous et bonne chance dans une autre vie.
BOUM 11 .

M-V.Brulong

__________________

Il y a

Il y a des gens qui rêvent
Il y a des rêves pleins d'espoir
Il y a le silence de ces nuits passées à espérer
Il y a les déceptions au réveil


Il y a des mots
Il y a beaucoup de paroles perdues, envolées
Il y a des mots utiles, tendres, violents
Il y a des mots qui sont des fenêtres
Il y a des murs qui repoussent les mots

Il y a des arbres qui perdent leurs feuilles
Il y a des branches toutes nues
Il y a des cactus qui n'ont jamais de feuilles

Il y a de mauvais chiffons qui effacent le tableau de la mémoire
Il y a l'hiver ou la terre est comme enfermée dans un frigo
Il y a la neige du congélateur de son cœur
Il y a la fonte des neiges au coin de mes yeux

M-V.Brulong

__________________


Moment de bonheur

Quand je serre mes enfants dans mes bras, tout me revient . L'odeur dans les plis de leur cou dont je ne me lassais pas, leurs quelques cheveux si doux, ces regards qui n'étaient que pour moi, la douceur de leur peau, leurs petites fesses que j'embrassais goulûment, leur visage apaisé quand ils s'endormaient dans mes bras et que je sentais leur corps tout à coup si lourd, leurs premiers fou-rires.
Les pleurs qu'on voudrait faire cesser à n'importe quel prix, les pipis d'anges en jet sur mon T-shirt, leur façon affamée de happer la tétine du biberon, leur chaleur.
Leur plus petit doigt de pied si minuscule, leurs ongles microscopiques .

M-V.Brulong

__________________

Il y a de l'ombre dans l'ombre de tes yeux, as-tu oublié d'espérer, de rêver, de croire, de rire pour éclairer ces yeux là. Il est trop tôt pour arrêter.Viens, allons nous amuser, et entraîner ceux qu'on aime dans ces yeux. Jusqu'à un épuisement total et à un relâchement de nos esprits .

Et ensuite nous allons faire un petit tour sur la falaise par une nuit sans lune. Histoire de se sentir sur le fil du danger, sur la crête de la mort, sur le temps qui glisse à tout jamais. Et toi chère lumière, où vais-je te retrouver ?
Téléphone à l'électricien, histoire de ne pas rester trop longtemps dans le noir. Lui faire réparer les interrupteurs et remplacer les ampoules. Pas la peine ! J'habite la cité radieuse car je fais la bonne taille avec les chaussures, 1m83... l'homme idéal d’après "le Corbusier" car je peux changer une ampoule sans monter sur une chaise !!! Fin du n° 1 ou 2 .

Christian Duvoy
__________________


ah qu'il est beau le lavabo, qu'il est laid mon NEZ
bref vous l'avez compris c'est du Lagaf ou du DUVOY
ça fait rien,tout ça va se terminer au cinéma X
dans tous les cas ça fera la une pour le journal NEW
et oui c'est de l'anglais, je fais comme le reflex de PAVLOV
faut dire qu'il est fameux le reflex de Pavlov, t'as VU
gare à celui qui me critiquera ma colère est aussi forte ET
haineuse que celle de Zeus quand il se déchaîna contre LES
immensités de l’abysse féodale que voulait le RAMENER
jusqu'aux enfers ce crétin de Neptune alors qu'il était à vingt CINQ
kilogrammes de moins que lui, il n'avait même pas fait plus que le LEP
lui qui se croyait supérieur, mais ce n'était pas non plus un PRO
mais laissons le temps faire ; un jour on sera main dans la MAIN
néanmoins je devrai passer à autre chose sinon se sera l 'ULTIMATUM
ou je continue ou j’arrête, oui je sais je gagne du temps, ah QUEL
philosophe je fais, je sens que je vais craquer je ne suis pas en TEK
quand je pense que j'aurais pus être un artiste et là le jour J
Rolland m'aurait félicité pour mes prouesses de théâtre - on peut rêver - SI
seulement j'avais plus de mémoire, mais c'est un muscle, pas un FLASH
toutefois je ne désespère pas même s'il faut utiliser du SHAMPOOING
une dose ne suffira pas il faut prendre de la hauteur, sur un AERONEF
« vive le monde »que j'aurai aimé crier de la-haut car je serai LE
wonder man le plus puissant de ce monde ingrat « vive Michel FIELD »
Xsara ma Citroën me ramène sur terre ce n'était qu'un rêve AVEC
Yvette on partira en camping avec ma tente je serai un vrai NABAB
zut, plus d'essence, je redescend vraiment sur terre, sans NABILA .


Christian Duvoy

______________________


Source d'un exercice :

Il y a

    Il y a un vaisseau qui a emporté ma bien-aimée
    Il y a dans le ciel six saucisses et la nuit venant on dirait des asticots dont naîtraient les étoiles
    Il y a un sous-marin ennemi qui en voulait à mon amour
    Il y a mille petits sapins brisés par les éclats d'obus autour de moi
    Il y a un fantassin qui passe aveuglé par les gaz asphyxiants
    Il y a que nous avons tout haché dans les boyaux de Nietzsche de Gœthe et de Cologne
    Il y a que je languis après une lettre qui tarde
    Il y a dans mon porte-cartes plusieurs photos de mon amour
    Il y a les prisonniers qui passent la mine inquiète
    Il y a une batterie dont les servants s'agitent autour des pièces
    Il y a le vaguemestre qui arrive au trot par le chemin de l'Arbre isolé
    Il y a dit-on un espion qui rôde par ici invisible comme l'horizon dont il s'est indignement revêtu et avec quoi il se confond
    Il y a dressé comme un lys le buste de mon amour
    Il y a un capitaine qui attend avec anxiété les communications de la T.S.F.  sur l'Atlantique
    Il y a à minuit des soldats qui scient des planches pour les cercueils
    Il y a des femmes qui demandent du maïs à grands cris devant un Christ sanglant à Mexico
    Il y a le Gulf  Stream qui est si tiède et si bienfaisant
    Il y a un cimetière plein de croix à 5 kilomètres
    Il y a des croix partout de-ci de-là
    Il y a des figues de Barbarie sur ces cactus en Algérie
    Il y a les longues mains souples de mon amour
    Il y a un encrier que j'avais fait dans une fusée de 15 centimètres et qu'on n'a pas laissé partir
    Il y a ma selle exposée à la pluie
    Il y a les fleuves qui ne remontent pas leur cours
    Il y a l'amour qui m'entraîne avec douceur
    Il y avait un prisonnier boche qui portait sa mitrailleuse sur son dos
    Il y a des hommes dans le monde qui n'ont jamais été à la guerre
    Il y a des Hindous qui regardent avec étonnement les campagnes occidentales
    Ils pensent avec mélancolie à ceux dont ils se demandent s'ils les reverront
    Car on a poussé très loin durant cette guerre l'art de l'invisibilité
Guillaume Apollinaire(1880 - 1918)

Tableau d'Apollinaire peint par Vlaminck en 1903