Gif Atelier


L'atelier d'écriture de Gardanne se déroule au siège de l'AAI, 35 Rue Borely, 13120 Gardanne
chaque vendredi de 14h à 16h.
Pour contacter l'AAI utiliser l'adresse e-mail : aai.esj@wanadoo.fr ) ou téléphoner au 0442515299

L'atelier d'écriture de la Méjanes d'Aix se déroule chaque jeudi de 10h à 12h à la Mareschale, 27 avenue de Tübingen 13090 Aix-en-Provence (TEL : 04.42.59.19.71 - e-mail Ecrits.Alaai@gmail.com ) et aussi le premier lundi du mois (même heure, même lieu).

L'animation ci -dessous représente l'aspect avant tout ludique de cet atelier gratuit ouvert à tous. Du rire et de la légèreté...

vendredi 1 juin 2012

1/6/2012 Exercices de style à la Queneau

Jeune femme au chapeau rouge de Pablo Picasso


Exercices de style – à la Queneau

Consigne : 
En prenant exemple sur le très amusant "exercice de style" de Raymond Queneau nous construisons une histoire banale - une phrase par participant - puis nous la ré-écrivons en utilisant des styles divers.
Cet exercice se prêterait très bien à une représentation théâtrale. 

Edgar Degas - Femme dans un café

Texte de départ, composé dans l'ordre par
Rolland, Didier, Michel.Florent et Mikael.

Une femme, au chapeau rouge, promène son caniche rasé devant le salon de coiffure.
Une voiture s’arrête, en sort une femme avec ses deux enfants qui harcèlent le chien.
Le chien montre ses dents et aboie furieusement tandis que les enfants se mettent à pleurer.
La mère insulte cette dame qui ne maîtrise pas son chien.
En réponse, cette dame lâche le chien qui courageusement va se cacher derrière sa maîtresse.

une femme au chapeau rouge de Kees Van Dongen

La version chti de Fred

Inne femme avec  un capiau rouche pormène sin kien déblaré pad’vant d’euch coiffeur.
Inne carette s’arrête, inne femme in dechin avec deux jonnes qui emmertent euch kien.
Euch kien i sort ses dins pis il abo comme un malate. Ché tchiots i s’mettent à braire.
Eul mère ingueule eul maitresse.
Eul maîtresse lache sin bétal qui s’muche din ses gambes

Hugo Von Habermann 1849-1929 Dame au chapeau rouge et à l'œillet 



Version Argot de Mikael :

Une bourgeoise au pocha sang promène son clebs à l’allure punk devant le gourbi du tiffeur.
Une charrette stoppe, en sort une meuf avec deux marmots qui filent des claques au clébard.
Le cabot montre ses crocs et aboie comme un barjot tandis que les enfants braillent.
La mama crie à cette bourgeoise qui ne mate pas son clébard : « va te faire foutre ! »
Derechef, la meuf pincée lâche son clébard qui tel un dingo se planque sous le calbut à dentelles de ce cul-pincé.

Marie-Louise Von Motesiczky 1938 Autoportrait avec un chapeau rouge

Version BCBG de Christian D.

Une Dame, un chapeau pourpre sur la tête promène son canidé, en l’occurrence un caniche, rasé de frais devant le salon de toilettage.
Une limousine se range, en sort une dame avec ses deux héritiers qui taquinent le gentil toutou.
Le caniche, royal, se trouve un peu irrité et commence à donner de la voix tandis que les pauvres petits sont chagrins.
La Dame s’en prend vivement à cette femme qui n’a aucune autorité sur son compagnon à quatre pattes.
Vexée, la femme libère son chien qui valeureusement se réfugie dans les jupons de maîtresse.

Lucas Cranach l'ancien - Jeune femme au chapeau rouge


Version   « moi,je... » de Didier L.
Moi, j'ai  bien vu ce qui allait arriver!
Quand j'ai aperçu la bourgeoise, elle avait un chapeau rouge et un caniche que j'ai trouvé bizarre, il était tout rasé.
Quand une voiture s'est arrêtée devant le salon de coiffure, je me suis dit en voyant sortir en courant les deux enfants vers le chien que tout ça allait mal se passer.
Le caniche montre les dents, je l'entends aboyer sur les enfants, je le dis moi, tout ce monde est bien mal éduqué...
Tout cela pour voir finir en pleurs les deux garnements, leur mère insultant la bourgeoise de ne pas maîtriser un chien qui je le savais, la queue basse irait finalement se planquer derrière sa maîtresse.

Marianne Von Werefkin (1860-1938) - Autoportrait (1910)

Version argot de Florent :
Une gonze au chapeau rouge promène son clébard devant le salon du tifailleur.
Une caisse s'arrête, en sort une pouf avec ses deux gosses qui chahutent le clébard.
Le clébard montre ses dents et aboie méchamment tandis que les gosses se mettent à chouigner.
La pouf insulte cette gonze qui ne maîtrise pas son clébard
mais lâche le clébard qui courageusement va se cacher derrière celle-ci.

Femme au béret rouge - Pablo Picasso

Autres versions de Rolland:

Version : parler marseillais.

Une cagole, au capeù rouge, vadrouille plan-plan son chien-bordille, beaucoup rasé, devant un coupeur de baffis.
Une carriole, un ravan de l’an pèbre, se tanque au mitan de la rue, en sort un cabestron avec ses deux minots qui agantent le chien-bordille, lui filent une rouste et l’escagasse.
Le chien montre ses ratounes et rouscaille à mort tandis que les pitchouns, deux destrussis, se mettent à chialer.
La mère cabestron, une daubasse avec des cacarinettes dans la tête,  s’engatse, déparle et traite la nine d’ensuquée parce que de longue elle laisse s’escaper lou chin comme si c’était un chien des quais…
Puis patin-couffin… et la cagole lâche lou chin qui s’esbigne et va s’escoundre tel un Tartarin derrière son tafanari.

M. de Vlaminck (1876-1958) - La fille du "Rat Mort"


Version monovocalisme en e :

Cette femme, le béret pèche, mène le teckel prés de ce centre de mecs expertement décrêpés.
De l’empressée Mercedes émergent cette mère et ses mecs en herbe. Ces frères en herbe fessent  le clebs.
Le clebs tel des bergers belges serre ses dents et tempête : « Grrrrrrrrrrrrrrrrrr ! » l’effet est tel, cette pègre en herbe reste lèvres bées, le nez perlé, le ventre et les fesses serrés et verve.
L’énervée mère peste et reprend en règle l’embêtée femme, serf de ce teckel rebelle : « je te pète les dents, mémère de merde ! »  
Derechef, cette femme en perd ses nerfs et le clebs effréné
et en l’espèce, ce teckel précédemment effervescent reste prés des dentelles de mémé.

Albert Durer - Femme au chapeau rouge


Version lipogramme en e :

La nana au galurin incarnat, conduit son cabot au poil court sur un trottoir du salon pour tifs.
La Laguna suit la loi du stop quand d’un coup sort la maman plus son  fils suivi d’un grand frangin. Nos frangins, d’un commun accord  font du mal au cabot sus-dit.
Aussitôt, vingt crocs sont sortis du cabot aboyant tandis qu’un frangin nous fait du snif-snif bruyant puis son compagnon itou.
La maman agonit d’injuriants propos la nana qui n’a pas puni son cabot.
Du coup, la miss fait courir son animal qui - ô hardi cabot - va sous son jupon.

Jeune fille au chapeau rouge - Edvard Munch

Version franglais :

Une Miss, au bob rouge, fait son jogging avec son fox-terrier, style  punk, devant le sex-shop qui fait la pub d’un brushing pour Drag Queens.
Un break s’arrête au stop du parking, en sort une couguar plutôt snob avec ses deux play-boys en short qui prennent  le fox-terrier pour un punching-ball et le lynchent.
Le fox-terrier montre ses crocs et nous fait une overdose d’aboiements dignes d’une rave-party tandis que nos deux boy-scouts mouillent leurs slips et leurs kleenex.
Mère couguar flashe et va au clash : « eh, Miss-tinget t’as switché de job au boxon et t’as pris pour boss ton chien ? » dit-elle à cette starlette dominée par son fox.
En réponse, la miss lâche le fox-terrier qui doit être gay et non punk car il se cache derrière les blue-jeans de sa baby-sitter.

Edward Hopper : Hotel Window 1956

Version colorée

Une noire, au chapeau rouge, mène son chien rouge de Bavière devant un coiffeur qui boit son jaune alors que son salon est noir de monde.
Une testa rossa s’arrête au feu rouge ; en sort une rousse du nom de Blanche et ses deux blanc-becs qui brûlent au fer rouge le chien.
Le rouge de Bavière montre ses crocs jaunis et se grise d’aboiements tandis que les blancs-becs, désormais blêmes de peur pleurnichent.
La rousse, rouge de colère, reprend vertement la  femme noire qui tient un bouquet de violettes : « sale négresse ! Tu peux pas punir ton chien au lieu d’essayer de le blanchir ? » crie-t-elle.
La maîtresse du chien voit rouge et en réponse le lâche, mais celui-ci noir de trouille, se cache derrière cette belle et noble femme, nommée Rose. 

Georges de La Tour le Tricheur à l'as de carreau


Version louchebem (l'argot des bouchers)

Une lamfé, au lapochard lougeroque, promène son lanichkon lasérem devant le lalonsique de loiffurquem.
Une loiturevem s’arrête, en sort une lèremiche avec ses leudems larmomics qui harcèlent le lienchem.
Le lienchem montre ses lentdés et aboie comme un larjobard tandis que les larmomics se mettent  à leurépler.
La lèremiche l’envoie lalséver, cette lamedé qui ne laitrisemoche son lienchem.
En léponsive, cette lamedé lâche le lienchem loirnique de leurpem qui va se lachéquer sous sa laitressemiche

Pierre Auguste Renoir - Jeune fille au chapeau rouge


Version sonnet

Une femme au chapeau mi-rouge et mi-violet
Promène son caniche au poil court juste en face
Du salon de coiffure aux odeurs dégueulasses
Une caisse s’arrête, en sort trois gringalets :

Maman et deux frangins aux airs d’écervelés ;
Ainsi ces deux gamins sifflotent quand ils agacent
Le caniche rasé puis par jeu le tabassent
Mais le chien se rebiffe et vise leurs mollets…

Ses crocs bien acérés manquent de peu leur cible
Il aboie comme un loup et plus rien n’est risible.
Pleurs des deux polissons, insultes de maman :

« Pouvez pas maîtriser ce hot-dog ? » lui crie-t-elle
Du coup cette lady lâche le chien rebelle
Qui va sous son jupon se planquer lâchement.

Edouard Verschaffelt 1874-1955 - Beauté algérienne au turban rouge


.Version arabesque

Une beurette, à la chéchia cramoisie, promène son clebs un chouïa rasé devant le gourbi du coiffeur.
Une « Pigeot » s’arrête, en sort une autre fatma avec deux membres de sa smalah qui font les zouaves et matraquent le clebs.
Le clebs montre ses dents et fait un ramdam d’ouf tandis que les deux yaouleds se mettent à pleurer.
La fatma, très zeref, crie à cette beurette : 
«p’tit’ tarée, je vais t’niquer si tu tiens pas ton clebs ! ».
Fissa, la beurette lâche le clebs mais ce lascar va se cacher sous la djellaba de sa mouquère.

Jean Cocteau - Les folles femmes au chapeau pourpre


Version animalière :

Une cocotte, à la crête rouge, galope avec un caniche sans crête devant le poulailler du coiffeur, un vrai zèbre, celui-là !
Une jaguar s’arrête, en sort une mère poule avec ses deux poussins qui becquettent le chien.
Le caniche montre ses crocs et aboie aux loups tandis que les poussins s’envolent à tire d’aile.
La mère poule lance des noms d’oiseaux à cette cocotte qui fait l’autruche en ne maîtrisant pas son chien.
En réponse, la cocotte lâche le chien qui courageusement va se terrer sous son truc en plumes.

Edvard Munch - femme au chapeau rouge et à l'ombre violette



Version polyptote (utiliser très souvent le même mot et si possible avec des sens grammaticaux différents) 

Une dame de Notre-dame, au chapeau rouge, dame le pion à sa chienne de dame devant le coiffeur pour dames.
Une voiture comme au jeu de dame arrive en dame et la madame en sort avec deux damoiseaux qui au début dament le tarmac puis dament le pion, eux aussi, à cette pauvre chienne de dame.
La damnée chienne de dame en question montre ses crocs et ramdame tandis que les deux damoiseaux pleurent et ne dame plus rien.
Madame lance en anglais : « Damn, you ! » à la dame qui ne dame plus le pion à sa chienne de dame.
En réponse, la dame de Notre-dame lâche la chienne de dame qui (Damn it !) se cache sous les dentelles de la même dame.

Franz Von Stuck (1863 - 1928)- Mary au chapeau rouge (1902)

Version Fable

Une vache, encornant un chapeau rouge
Promène sur son échine une mouche
Elle passe avec sa compagne
Devant un coiffeur en campagne.
De sa voiture sort sa dame
Avec deux fils des plus infâmes
Qui harcèlent cet insecte
Mais la mouche les infecte
Et fait un buzz incessant
lors les jeunes passants
versent de chaudes larmes.
La maman s’en alarme
Et insulte la vache
La traitant d’être lâche
Car elle ne maîtrise plus
Sa dulcinée bien trop calue.
Aussi la vache d’un coup de queue vif
Envoie la mouche vers les deux fautifs
Mais le brave insecte prend peur
Et s’assomme sur le coiffeur.

Moralité
Un coup de queue vite donné
Peut assommer sa dulcinée.




une femme au chapeau rouge de Vermeer

Version psychanalyse :

Une cliente, toujours vêtue d’un chapeau rouge,
(cette obsession à propos d’une capote et rouge de plus montre un besoin sanglant de sexe)
promène son caniche rasé devant le salon de coiffure.
( son coté dominateur se traduit par le besoin d’avoir un chien à l’allure phallique qui de plus est rasé. Elle dirige le chien près de ce lieu de rasage car elle a besoin d’avoir ses dominés  toujours à poil. Diagnostic : nymphomane dominatrice et probablement zoophile)

Une voiture s’arrête, en sort une femme avec ses deux enfants qui harcèlent le chien.
(ces deux enfants ont été maltraités par leurs parents et font un transfert envers le chien)
Le chien montre ses dents et aboie furieusement tandis que les enfants se mettent à pleurer.
(le chien a le même réflexe que la mère des enfants et ceux ci retombent à l’état de bébé.
C’est un cri désespéré pour les sauver de cette mère abusive)
La mère insulte cette dame qui ne maîtrise pas son chien.
(preuve de plus que la mère est incapable de contrôler ses états. Mère abusive, caractérielle. Elle est très dangereuse quand laissée en liberté, probablement du type mégalomane, aussi. Doit être confirmé par un passage à l’hôpital)

En réponse, cette dame lâche le chien qui courageusement va se cacher derrière sa maîtresse.
(notre cliente montre une fois de plus qu’elle ne s’estime pas et qu’un petit évènement comme celui-ci peut lui faire perdre toute confiance en elle et qu’elle se retrouve en état de panique. État très dangereux. Lâcher son chien est une sorte de frustration devant un orgasme qui ne peut s‘accomplir comme l’a si bien explique Freud. Les conséquences peuvent être dramatiques pour tout homme qu’elle tiendra en laisse. On doit ajouter au diagnostic : Femme castratrice.

Recommandations :
Enfermez ces deux dames.
Cherchez une famille adoptive pour les gosses qui devront être suivis par un psychothérapeute.
Euthanasiez le chien qui subit trop de servisses et pourrait se venger.
Faites une annonce de recherche pour le père qui probablement devra passer quelques tests à l'hôpital, vu la condition des enfants.

P.S. du psy :
Les auteurs de cette histoire devront être enfermés de toute urgence. Ils sont probablement dans un état pire que celui de ces pauvres femmes.

Femme qui pleure au chapeau rouge - Pablo Picasso


Version religieuse

Une nonne, à la coiffe blanche et au liseré rouge, promène le caniche de l’abbé devant le salon où un capucin coupe les cheveux en quatre avec un grand bol.
Une laïque qui s’est perdue, arrête sa voiture céleste, elle en sort avec ses deux enfants de chœur qui taquinent le caniche.
Le chien, qui évidemment n’est pas celui de l’abbé mais celui d’un prisonnier, montre ses dents et fait des prières à haute voix et les enfants de chœurs jouent leur partition de jérémiades à merveille.
La mère laïque, se convertit elle aussi et fait des prières d’un ton et d’une ardeur encore plus élevée. Dieu les entendra et permettra à la nonne de reprendre le contrôle de ce caniche que Satan appelle.
Oups, la petite nonne est obligée de lâcher le chien mais celui ci a entendu Dieu et prie sous les robes de la nonne.
Dieu est grand.

Renoir - Marie-Thérèse Durand-Ruel cousant

Version éponyme :

Une Jane au Gibus rouge promène son Jack Russell devant le salon d’un Figaro.
Une Mercedes s’arrête et une Ninon descend avec ses deux jean-foutres qui lynchent le Jack Russell.
Celui-ci montre ses dents et aboie tandis que les deux Jean-foutre reprennent les lamentations de Jérémie.
La Ninon traite la Jane de tous les noms partant de Margottons  pour arriver à Marie-salope car la Jane n’est pas maître du Jack Russell.
Jane le lâche et celui-ci tel un Tartarin fanfaron va se planquer sous les Jeans de la Jane.

Renoir - femme au chapeau rouge avec son enfant

Version Substantif + 7 substantifs. (voir OULIPO) Le dictionnaire utilisé est le trésor de la langue française:

Une fermentation, au charabia rouge, promène son canoë rasé devant le samovar de la collaboration.
Un vol s’arrête, en sort une fermentation avec ses deux enfeux qui harcèlent le chiffrement.
Le chiffrement montre ses dépolitisations et aboie furieusement tandis que les enfeux se mettent à pleurer.
La mescaline insulte cette damoiselle qui ne maîtrise pas son chiffrement.
En république, cette damoiselle lâche le chiffrement qui courageusement va se cacher derrière sa maladresse


Andy Warhol - Ingrid coiffée d un chapeau rouge

Version sans verbe

Image furtive d'une femme au chapeau rouge et de son caniche rasé devant le salon de coiffure.
Plus loin, au stop une voiture puis, brusquement, sortie d'une femme chauffeuse avec ses deux enfants : deux filous, casseurs de chiens.
Aboiements de l'enquiquiné chien aux crocs acérés et pleurs des enfants enquiquineurs.
Prise de tête de cette mère. Derechef des insultes de la maman envers la maîtresse du clébard.
En réponse, voilà le chien libre de ses va-et-viens. Oui, ce brave chien, désormais réfugié sous la jupe de sa maîtresse.
SOUTH CAROLINA MORNING, 1955 - Edward Hopper

Style journaleux

Émeute due au rouge

   En ce samedi 10 septembre, vers 14 h 30 une jeune femme au chapeau rouge créa un début d'émeute dans la rue Marcel Pagnol lorsqu'elle passa devant le salon de coiffure nommé « Le Barbier de Séville ». Elle promenait son caniche rasé qui portait, lui aussi, un turban vermillon sur la tête.
   Une voiture bleu s’arrêta au stop. Une mère et ses deux gamins en sortirent. Un témoin a indiqué à la police du quartier que ces trois personnes devinrent très énervés dès qu'ils virent ce chapeau de couleur rouge. Aussi les enfants harcelèrent le chien. Celui-ci, comme un taureau de corrida était tout aussi excité par ce galurin ; il montra ses crocs et aboya furieusement en direction de ses harceleurs. Les enfants pleurèrent et la mère insulta la porteuse de rouge. Les deux femmes en vinrent aux mains et le chien étant libre, alla courageusement se cacher sous la robe vermeil de sa maîtresse. Heureusement qu'un policier put arrêter cette altercation car plusieurs habitants du quartier voulaient eux aussi décoiffer cette femme et brûler ce chapeau rouge.
   Tout rentra dans l'ordre à 14 h 50.

(G. Leroux du Provençal)



Otto Dix - Femme au chapeau rouge - 1921