Gif Atelier


L'atelier d'écriture de Gardanne se déroule au siège de l'AAI, 35 Rue Borely, 13120 Gardanne
chaque vendredi de 14h à 16h.
Pour contacter l'AAI utiliser l'adresse e-mail : aai.esj@wanadoo.fr ) ou téléphoner au 0442515299

L'atelier d'écriture de la Méjanes d'Aix se déroule chaque jeudi de 10h à 12h à la Mareschale, 27 avenue de Tübingen 13090 Aix-en-Provence (TEL : 04.42.59.19.71 - e-mail Ecrits.Alaai@gmail.com ) et aussi le premier lundi du mois (même heure, même lieu).

L'animation ci -dessous représente l'aspect avant tout ludique de cet atelier gratuit ouvert à tous. Du rire et de la légèreté...

vendredi 13 avril 2012

Premier atelier - Le silence

Premier atelier d'écriture - Avril 2012 - à l'AAI de Gardanne.

Lecture de plusieurs textes sur le silence puis chaque participant écrit sur sa relation au silence.

Pour se mettre dans l'ambiance voir la performance de 4'33 de John Cage (à Limerick Irlande) :
John Cage 4'33" - Performance du 5 septembre 2012 à Limeric
(khttp://www.youtube.com/watch?v=VTsNr7zqkMU&feature=g-all-esi)


Extraits des participations du groupe :


Le silence peut être angoissant, oppressant voire anxiogène
            Mais comme la nuit, il peut aussi envelopper, réconforter et rendre serein.
Donc le silence est ambigu et complexe.
            Il « est » c’est tout.
Sabine
                                              ______

Chut …c’est le silence qui pense à se ressourcer, à se retourner sur soi-même. Pour moi le silence c’est être au milieu de la nature, écouter les oiseaux, les grenouilles et apprécier de temps en temps quand tout s’arrête.
Christian 


                                              ______



Le silence est une page blanche, un mur, une ligne droite.
Mon silence rime avec fréquence
Ton silence me tue
Son silence me repose
Notre silence de couple veut tout dire
Vos silences nous punissent
Leurs silences ont l’odeur de la mort
Tous ces silences conjugués sont des maux
Rolland
                                              ______


et voilà des extraits des textes lus :

Maurice Rollinat — Les Névroses Le Silence

Le silence est l’âme des choses
Qui veulent garder leur secret.
Il s’en va quand le jour paraît,
Et revient dans les couchants roses.

Il guérit des longues névroses,
De la rancune et du regret.
...
                                              ______
Plutarque Sur le bavardage

« Sache te taire, enfant : le silence a du bon. »
Ce qu'il a de bon, avant tout, et de très bon, c'est que, grâce à lui, on écoute et l'on se fait écouter : double avantage dont ne sauraient profiter les bavards puisqu'ils sont toujours préoccupés de la même manie

                                              ______

Alfred de Vigny dans La mort du loup :
 "Seul, le silence est grand ; tout le reste est faiblesse."
                                              ______
LE SILENCE  Sibilla Aleramo (italien 18??  1960)

Le silence attend. Le silence, la plus fidèle chose qui m’ait enlacée dans la vie.

Plus grand que moi, au fur et à mesure de ma croissance, il croissait, lui aussi, semblait toujours vouloir m’écouter ; nous nous taisions ensemble, et je me retrouvais toujours la même entre ses bras, sans stature, sans âge, …
                                              ______
Nietzsche dans Le Gai Savoir :
La pensée de la mort. — J’éprouve une joie mélancolique à vivre au milieu de cette confusion de ruelles, de besoins et de voix : combien de jouissances, d’impatiences, de désir, combien de soif de la vie et d’ivresse de la vie, viennent ici au jour à chaque moment !
Et bientôt cependant le silence se fera sur tous ces gens bruyants, vivants et joyeux de vivre ! Derrière chacun, se dresse son ombre, obscure compagnon de route ! Il en est toujours comme du dernier moment avant le départ d’un bateau d’émigrants : on a plus de choses à se dire que jamais, l’océan et son morne silence attendent impatiemment derrière tout ce bruit, — si avides, si certains de leur proie ! Et tous, tous s’imaginent que le passé n’est rien ou que le passé n’est que peu de chose et que l’avenir prochain est tout : de là cette hâte, ces cris, ce besoin de s’assourdir et de s’abuser ! Chacun veut être le premier dans cet avenir, — et pourtant la mort et le silence de la mort sont les seules certitudes qu’ils aient tous en commun ! Comme il est étrange que cette seule certitude, cette seule communion soit presque impuissante à agir sur les hommes et qu’ils soient si loin de sentir cette fraternité de la mort ! Je suis heureux de constater que les hommes se refusent absolument à concevoir l’idée de la mort et j’aimerais bien contribuer à leur rendre encore cent fois plus digne d’être pensée l’idée de la vie.